Peinture Huile

Durant la période médiévale, les peintres occidentaux travaillaient principalement avec de la tempera sur panneau de bois, même si de nombreuses recettes existaient. La naissance de la peinture à l'huile tel que nous la connaissons aujourd'hui se fait autour XVème siècle en même temps que l'apparition de la toile comme support. Avec la "renaissance artistique" de cette époque, les oeuvres s'échangent et voyagent, le bois est peu adapté, et la toile qui peut se rouler pour le transport et se retendre sur un chassis devient courante. De même l'huile prend son essor: elle résiste à l'humidité et aux variations de température. Lire la suite

Trié par :

Description

Chaque peintre a ses recettes et c'est au XIXème siècle que les procédés de fabrication s'industrialisent. La fabrication de peinture devient alors un métier indépendant du peintre. Tout commence dans de petits ateliers installées dans les villes qui deviendront pour certains les grandes marques d'aujourd'hui.  

 

Comme toutes peintures les pigments sont à la base de la couleur, naturels jusqu'au XXème siècle avant d'être peu à peu remplacé par des pigments industriels (il reste encore beaucoup de pigments naturels dans les hauts de gamme). Le liant va permettre de fixer ces pigments sur le support aujourd'hui il est généralement à base d'huile de lin ou parfois d'huile de carthame.

Le séchage de la peinture à l'huile se fait par réticulation (formation d'un réseau dense de molécule) en réaction avec l'oxygène. Cette particularité donne toute son importance aux mediums et à la facon de vernir les tableaux.

 

 

Les médiums:

 

Le médium est particulièrement important dans la peinture à l'huile et il en existe de nombreuse recettes. C'est un mélange d'huile (de lin ou autre), d'essence, d'agents siccatifs et parfois d'autres éléments déterminant l'aspect du rendu (brillance notamment). Les éléments siccatifs déterminent la rapidité de séchage (ils accélèrent la réaction chimique), en trop grande quantité ils peuvent faire craquer la peinture. Certaines essences comme la térébenthine sont naturellement siccatives tandis que l'essence de pétrole ne l'est pas du tout. Les pigments possèdent aussi des propriétés siccatives et il est important de les connaitre pour éviter les surprises au séchage.

Au contraire l'addition d'huile dans la peinture ralentie le séchage. Nous en arrivons ici à la règle du gras sur maigre dont je vous propose l'explication: une peinture est dite grasse quand elle est saturée d'huile, elle sèchera donc plutôt lentement. Si par dessus cette couche grasse il s'en trouve une autre plus maigre, donc durcissant "rapidement", la simple physique explique l'inévitable craquement qui résultera à terme de cette superposition (c'est toute l'histoire de notre croute terrestre). La règle est donc de commencer par les couches maigres (diluée avec des mediums contenants beaucoup d'essence) et de terminer par des couches grasses.

 

 

Les pigments

 

Ils sont la base de la couleur et ont bien entendu leurs propriétés et leur importance.

Comme nous l'avons vu plus haut, les fabricants d'huiles haut de gamme tentent de garder le maximum de pigments naturels. Cobalt et cadmiums véritables, avec leur rendu inimitable opaque et profond, se trouvent encore alors que le blanc d'argent est totalement interdit à la vente (excepté dérogations) et est donc aujourd'hui absent de quasiment toutes les gammes. Certains mélanges de couleurs occasionnent des réactions entre les pigments avec des résultats surprenant (argent et cadmium par exemple noircissaient la peinture). Ce cas est de moins en moins fréquent car les gammes comprennent de plus en plus de pigments de substitution issuent de l'industrie. Certains pigments résistent très bien à la lumière, d'autres non: vérifiez sur le tube, les fabricants sont obligés de l'indiquer. Ils ont également des propriétés d'opacité/transparence différentes.

 

Les peintures haut de gamme possèdent un maximum de couleurs monopigmentaires afin de faciliter les mélanges. Je vous propose de faire un tour dans une cuisine: mélangez deux aliments aux saveurs différentes et vous saurez prédire le résultat que vous obtiendrez, avec trois aliments ce sera plus compliqué, peut-être vous faudra-t-il tester un temps avant d'obtenir un plat mangeable, et je vous met au défi de prédire le résultat du mariage de cinq ou six goûts différents... Il en va de même pour les pigments.

 

 

 

Les fabricants de peinture à l'huile:

 

En général les gammes de qualités sont fabriquées dans le pays d'origine du fabricant, le plus souvent en Europe. Talens fabrique ses gammes de peintures à l'huile en Hollande, Daler-Rowney en Angleterre, Sennelier et Lefranc-Bourgeois en France.

 

Les gammes études contiennent moins de pigments que les hauts de gamme et souvent elles comprennent peu de pigments naturels et peu de couleurs mono-pigmentaires. Nous vous proposons dans cette catégorie l'huile XL de Pébéo en tube de 200ml. En huile fine vous trouverez la Georgian 38ml de Daler & Rowney ou la Van gogh du fabricant Talens en 20ml. Pour l'extra-fine ce seront la Classico de Maimeri en 60ml, l'huile Sennelier 40ml et la Rembrandt 15ml.

Les gammes Van-Gogh, Rembrandt et Sennelier possèdent des séries (les couleurs sont à des prix différents). Cela s'explique par les coûts de raffinage ou de fabrication des pigments: il est moins cher d'obtenir une terre de Sienne qu'un cadmium, le prix s'en ressent donc sur la peinture.

 

 

 

Le travail de la peinture à l'huile et le séchage:

 

On peut la travailler aux couteaux, utiliser des agents d'empâtement pour rendre la peinture plus épaisse. Gardez à l'esprit que plus la couche est épaisse plus le temps de séchage est long. Comme nous l'avons vu plus haut certaines couleurs vont mettre 2 ou 3 semaines pour être sèches au toucher comme le blanc de titane ou les violets. D'autres vont mettre 3 ou 4 jours seulement.

 

La réticulation de la peinture à l'huile est une réaction longue qui nécessite de l'oxygène: ne vernissez jamais trop vite une toile, attendez au moins 6 mois. Le vernis isole la peinture de l'extérieur et empêche donc le séchage de la peinture: à terme des craquelures apparaitront (le vernis aura durci mais pas la couche d'en dessous)

Il existe également du vernis à retoucher qui laisse "respirer" la peinture, permettant ainsi la réaction de séchage. Ce produit peut également "réactiver" la couche supeficiel d'une huile sèche.

Reprenons une nouvelle comparaison. Un marbre polie n'accroche pas: si vous faite une tâche dessus un coup d'éponge l'effacera. Il en va autrement d'un marbre brut ou dépoli: la tâche restera incrustée dans la pierre. Le marbre poli correspond à l'état d'une peintre à l'huile complètement réticulé (en fait le réseau de molécule est "fermé" et ne prendra plus aucune liaison avec l'extérieur). Le vernis à retouché va permettre de recréer une accroche (cas du marbre dépoli) et une nouvelle couche de peinture redeviendra possible.

 

 

Le support

 

La peinture à l'huile permet de peindre sur de multiples supports comme la toile, le bois, un mur... du moment que le matériaux possèdent un minimum de porosité la peinture accrochera.